ActuAmérique du Nord et du SudLecteur ado

Roman pour les ados sur le Canada : « Sauvages »

Au Canada jusqu’aux années 70, le Gouvernement avait décidé de retirer les enfants indiens de leurs familles pour les « éduquer » dans des pensionnats religieux. L’objectif ? « Tuer l’Indien qui est en eux. » Ce roman éclaire sur cet épisode sombre de l’histoire du Canada.

roman "Sauvages" De Nathalie Bernard, Editions Thierry MagnierDe 1870 à 1970, 150 000 enfants amérindiens et inuits ont été emmenés de force dans des pensionnats, souvent tenus par des religieux qui mettaient tout en œuvre pour en faire des « Canadiens comme les autres ». Autrement dit, ils étaient retirés de leurs familles pour les forcer à tourner le dos à leurs racines, leurs langues, leurs traditions, etc. 

A travers son roman « Sauvages » (Editions Thierry Magnier), Nathalie Bernard vous propose sa version romancée de cette terrible période. La première partie « Dedans » est un huis clos insoutenable ; la seconde partie « Dehors » est libératrice mais tout aussi rude.

« Sauvages » : 2 mois avant d’être libre…ou de mourir ?

Jonas n’est plus qu’un numéro depuis qu’il a été arraché à sa famille à l’âge de 10 ans. Alors qu’il vivait des jours heureux dans un campement indien avec sa mère, le voilà désormais dans un pensionnat à l’autre bout du pays, établissement tenu par des religieux tortionnaires. Tout est fait pour que les enfants plient, se soumettent à leur nouvelle identité. Ils doivent oublier toute trace de leur culture indienne.

Extrait :

« Après la mort de Lucie, le décompte des journées et des heures cessa d’avoir de l’importance pour moi. Bien sûr, je savais que le mois de mai arrivait et qu’il ne restait plus qu’une trentaine de jours avant ma libération, mais je m’en fichais. Désormais, j’étais certain que l’hiver durerait éternellement, que le froid et la grisaille m’accompagneraient partout, et en toute saison. J’appris ce printemps-là que le soleil peut briller au-dessus de nos têtes, sans parvenir à réchauffer nos cœurs ».

Jonas a compris que pour survivre, il doit courber l’échine, se taire, accepter… sans renoncer. A 16 ans, dans 2 mois, il retrouvera sa liberté comme les autres Indiens de son âge placés dans ces internats sans humanité. Mais voilà que les violences infligées à ses camarades d’infortune, cumulées les unes aux autres, deviennent insupportables. L’irréparable arrive : Gabriel tue le prêtre en charge du pensionnat, et Jonas décide de fuir avec lui.

C’est une longue course poursuite qui débute alors que l’hiver touche à sa fin. Une fuite au cœur de l’immense forêt canadienne, qui réveille chez Jonas et Gabriel leurs souvenirs d’une vie en osmose avec leurs ancêtres et la nature.

Extrait :

« Je savais que les chasseurs ne nous lâcheraient pas. D’abord, c’était dans leur nature de prédateurs. Ensuite, ils nous détestaient viscéralement. Quand je dis nous, je parle des Indiens en général. Moi, j’étais un Cri, Gabriel un Inuit, mais pour eux on était juste des sauvages. »

Mais comment arriver à l’unique train, synonyme de libération pour eux, alors que des chasseurs les traquent sans relâche ?

Sauvages, un roman haletant s’appuyant sur des faits réels

L’autrice s’est nourrie de nombreux articles et témoignages d’indiens pour imaginer « Sauvages ». Elle arrive à nous plonger dans un univers sombre où tout espoir de s’en sortir semble illusoire.

Elle distille au fil du quotidien de Jonas des « flash », souvenirs du temps passé qui permettent à Jonas de puiser au fond de lui l’énergie pour continuer d’avancer. Les évocations de la culture indienne et la relation avec la nature sont autant de passages émouvants et délicats qui contrastent avec la brutalité de l’internat.

Un roman qui secoue, qui éclaire sur l’Histoire canadienne, et qui résonne encore longtemps en moi après avoir lu la dernière page.

Sandrine Damie

Sauvages
De Nathalie Bernard
Editions Thierry Magnier
14,50 €

Autres romans ados autour des Indiens et des peuples autochtones

Roman ado : Kill the Indian in the child

USA : Alcatraz Indian Land

 

Stolen : les enfants volés d’Australie

 

Article précédent

L'art divinatoire à Tunis avec Asfour le devin

Article suivant

Islande : Voyage au centre de la Terre

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sandrine

Sandrine

Glisser un livre dans ma valise, c’est avoir toujours un compagnon de route pour me guider, me distraire, m’informer, satisfaire ma curiosité… De cette envie d’avoir des guides de voyage et des romans liés à mes destinations de vacances/de voyages/de courtes escapades, en découle l’idée de partager avec mes enfants, cette découverte des Autres : autres paysages, autres cultures, autres modes de vie, autres climats, autres animaux, etc.
J’espère que mes chroniques vous donneront quelques envies de lectures pour vos enfants… et susciteront des échanges entre nous, pour discuter, commenter et ouvrir nos horizons de lecture. Et pour découvrir mes voyages, c'est sur mon 2e blog One Two Trips