EuropeLecteur juniorTémoignages

Grèce : Homère revisité par Soledad Bravi, une BD « historico-drôle » !

A l’occasion de la sortie de « L’Iliade et l’Odyssée » aux éditions Rue de Sèvres, Soledad Bravi nous parle de son parcours d’auteure-illustratrice, et dévoile sa passion pour la mythologie grecque…Bientôt un voyage en Grèce en famille ?

Avec malice, vous croquez la vie, les femmes dans ELLE… et proposez des albums jeunesse tout aussi espiègles. Comment menez-vous à bien ces différentes réalisations au quotidien ?
J’aime travailler pour tous les âges. Je trouve important de m’amuser, de me diversifier, de ne jamais entrer dans un cycle monotone. Et passer des tout petits aux adultes, n’est pas tout à fait un grand écart, car quand j’écris pour les petits, ce sont les parents qui lisent les livres.

Vous avez dessiné de nombreuses « paresseuses » pour les éditions Marabout… n’est-ce pas un paradoxe pour une femme aussi active que vous ?
Paresseuse, c’est souvent un terme qu’utilise une femme ultra active pour parler d’elle-même quand elle n’arrive pas à tout faire dans une journée. Quand à un moment donné, elle n’a plus le courage d’ajouter encore quelque chose à sa liste de la journée, elle se pense paresseuse. C’est à elle que cette collection s’adresse, une collection de livres pratiques pour simplifier la vie de ces femmes et pour les déculpabiliser. Si vous n’avez pas le temps d’aller au sport, serrer les fesses dans le métro ou dans la voiture…

Comment est née votre première collaboration dans l’édition Jeunesse ? De quel titre s’agissait-il ?
 Mes premiers livres sont sortis dans la maison d’éditions de ma mère Mila Boutan, « Mange-moi tout de suite », « Albert le petit cochon propre » et « la varicelle ».

Vous avez réalisé 4 albums cartonnés pour les petits autour de la mythologie grecque, et vous continuez à creuser ce sillon avec une BD sur l’Iliade et l’Odyssée pour les enfants, déjà bons lecteurs. Qu’est-ce qui vous attire dans ces 2 épopées grecques ?
Quand mes filles étaient minuscules, je leur ai raconté le Cyclope. Et j’ai remarqué à quel point elles trouvaient ça passionnant mais surtout ça ne leur faisait pas peur, parce qu’Ulysse, grâce à son intelligence, sans super pouvoir, réussi à se tirer d’affaire et ça, c’est très rassurant.

Vous avez d’abord publié les planches de ces aventures dans ELLE… pourquoi choisir un éditeur jeunesse pour une publication sous forme d’une BD complète ?
Rue de Sèvres, n’est pas à proprement parler un éditeur Jeunesse ; c’est une branche de l’Ecole des loisirs, mais c’est une branche BD, tous âges.

L'Iliade et l'Odyssée - Soledad bravi - Rue de SèvresDans votre version très personnelle de « l’Iliade et l’Odyssée « , vous arrivez à faire passer l’essentiel de l’histoire tout en nous offrant une interprétation moderne, vivante et humaine de ces aventures antiques. Vous a-t-il fallu beaucoup de temps entre l’idée du livre et les 1ers dessins ?
J’ai raconté l’histoire comme je le faisais pour mes filles, comme je l’ai fait dans un premier temps dans l’édition cartonnée que j’ai fait pour les petits. Il n’y a pas beaucoup de différences entre ce que j’ai fait pour les petits et pour le ELLE… si, pour les petits, il n’y a qu’une ligne par page.

Votre père vous a donné le goût de ces 2 textes grecs et vous a guidée dans la réalisation de cette BD. Quel rôle précis a-t-il joué auprès de vous pour cette BD ?
Papa m’a transmis sa passion pour la mythologie, malheureusement je n’ai pas hérité de sa mémoire. Il se souvient de tout, de qui est le frère de la cousine du guerrier, de chaque nom impossible comme Philoctète, ou ceux de tous les Dieux et leur histoire. Il m’a aidée à résumer les moments les plus importants de la guerre, car avec tous les noms de tous les guerriers, je me mélangeais, je n’arrivais plus à lire l’histoire.

A partir de quel âge pensez-vous que les enfants puissent apprécier cette version où le second degré est très présent ?
Je pense que vers 7 ans, quand on maîtrise bien la lecture, on peut le lire. Je n’ai compris que très tardivement un grand nombre de blagues dans Astérix.

Avez-vous déjà un nouveau projet de livres pour enfants en tête ? en cours de réalisation ?
Ma fille Lili m’a écrit une histoire « le pigeon qui voulait être un canard », je suis en train de la dessiner. J’espère qu’elle aimera le résultat et que les petits aussi.

Propos recueillis par Sandrine Damie

Soledad Bravi en dédidace à Niort le 13 juin dernier (Librairie des Halles) :

Soledad Bravi L'Iliade et l'Odyssée - Soledad bravi - Rue de Sèvres  L'Iliade et l'Odyssée - Soledad bravi - Rue de Sèvres

 

Article précédent

La mythologie grecque par Soledad Bravi

Article suivant

Japon : fleurs de dragon

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sandrine

Sandrine

Glisser un livre dans ma valise, c’est avoir toujours un compagnon de route pour me guider, me distraire, m’informer, satisfaire ma curiosité… De cette envie d’avoir des guides de voyage et des romans liés à mes destinations de vacances/de voyages/de courtes escapades, en découle l’idée de partager avec mes enfants, cette découverte des Autres : autres paysages, autres cultures, autres modes de vie, autres climats, autres animaux, etc.
J’espère que mes chroniques vous donneront quelques envies de lectures pour vos enfants… et susciteront des échanges entre nous, pour discuter, commenter et ouvrir nos horizons de lecture. Et pour découvrir mes voyages, c'est sur mon 2e blog One Two Trips