Australie : le koala tueur de Kenneth Cook


Le koala tueur de Kenneth Cook - roman Australie

Comment résister à un titre aussi insolite que « Le koala tueur et autres histoires du bush » ? La maison d’édition Autrement a publié les 3 tomes qui forment la trilogie loufoque écrite par Kenneth Cook dont « Le koala tueur » est le 1er tome. Un hommage au bush australien on ne peut plus original !

J’ai repéré « Le koala tueur » de Kenneth Cook dans le rayon « facile à lire » de ma médiathèque préférée. Les bibliothécaires ont vu juste : 15 nouvelles courtes, drôles et grinçantes sur la vie dans le bush australien. C’est un savoureux patchwork de scènes loufoques… mais qui pourraient bien avoir eu lieu, aux dires de ceux qui ont déjà mis les pieds sur les terres australiennes les plus reculées !

Bien souvent le narrateur se laisse embarquer dans des situations improbables car il est imbibé d’alcool. Dans les paysages désertiques de l’Australie et ses bourgs reculés, le héros bien ordinaire a l’art de se mettre dans le pétrin. Blackie, le montreur de serpents, Roger spécialiste des grands crocodiles, Mary-Anne qui recense les koalas, Namitiji et son malicieux chameau, Henry et son chat Cédric, Bulbul aborigène orpailleur… des rencontres qui semblent sympathiques de prime abord mais qui tournent toujours au cauchemar pour notre pauvre narrateur.

Le koala tueur de Kenneth Cook - roman Australie

Malgré ses déboires avec les humains comme avec les animaux, il multiplie les expériences, toujours avec candeur et envie de bien faire. Son autodérision et son regard décalé sur le monde qui l’entoure (et sur lui-même) le sortent de toutes les situations. Si un animal est mis en avant dans quasi toutes ses nouvelles, les « sales bêtes » ne sont pas forcément celles que l’on croit !

On est bien loin de la vision « carte postale » de l’Outback. C’est drôle, caustique et les traits de caractère sont poussés à l’extrême. Ces tranches de vie pourraient nous faire croire que la curiosité du narrateur est un vilain défaut ; il n’en est rien. Il grime ses concitoyens (et lui-même) avec un humour féroce. On se laisse embarquer facilement avec toute la candeur et l’indulgence nécessaires pour croire à l’incroyable épopée de cet anti-héros du bush.

Comment finir sans vous dire la façon dont est mort Kenneth Cook ? Alors qu’il faisait la promotion de son 2e tome d’histoires du bush, il est décédé d’une crise cardiaque au cœur du bush. Il avait 57 ans. Quel pied de nez à ses détracteurs qui trouvaient ses histoires trop dures avec la réalité de l’outback !

Trilogie des histoires du bush - Kenneth Cook

4e de couverture du Koala tueur

« Être poursuivi par un cochon sauvage enragé, se retrouver coincé avec un type qui cache six serpents dans son pantalon, ou pris en otage par un dromadaire roublard dans le désert… Est-ce ça le bush ? Kenneth Cook n’est pas au bout de ses peines !
Au fil de ses pérégrinations australiennes, l’écrivain magnifie l’art de se mettre dans des situations ridiculement dangereuses et terriblement drôles. »


Tome 1 : Le koala tueur et autres histoires du bush
Tome 2 : La vengeance du wombat
Tome 3 : L’ivresse du kangourou
De Kenneth Cook
Traduction (Anglais) : Mireille Vignol
Éditions Autrement
12 euros


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.