ActuAsieLecteur junior

Japon : Hanako, fille du Soleil Levant

La culture japonaise est au coeur du roman d’Elodie Loch-Beatrix, qui m’a fait le plaisir de répondre à mes questions à quelques heures de la sortie de ce 1er roman…

Elodie Loch-Beatrix - Hanako, fille du Soleil levant« Hanako, fille du Soleil levant » est votre premier roman. Quel a été le déclic pour vous lancer dans l’écriture de ce roman ?
J’ai l’habitude d’écrire puisque je suis journaliste mais écrire pour la presse et écrire une fiction, c’est très différent. J’ai un esprit assez synthétique et tenir sur la longueur me paraissait compliqué. Je pense que l’idée d’écrire un roman est devenue un vrai projet parce que je n’y ai pas mis, au départ, trop d’enjeux. Mon objectif était de me faire plaisir et d’arriver à écrire une histoire en entier. J’ai réalisé un plan sous forme de tableau, ça m’a beaucoup aidé pour aller au bout de mon projet. D’un seul coup, il ne s’agissait plus de gravir une montagne mais de franchir des coteaux petit à petit !

Comment est né le personnage d’Hanako ?
Une partie de mon travail consiste à dialoguer avec les lectrices de mon magazine (Julie) sur le forum. Je connais donc très bien les filles de 9-13 ans puisque je suis en contact permanent avec elles. Pendant plusieurs années, je me suis aussi occupée de la communication de la collection Kokeshi (Editions Milan) qui est une collection sur la culture japonaise.

Hanako est née de ces deux influences. J’avais envie d’écrire une histoire qui parle de l’adolescence, dans laquelle les lectrices de Julie pourrait se reconnaître. La culture japonaise me passionne et je m’étais beaucoup documentée dessus pour mon travail pour kokeshi. J’ai eu envie de réunir tous ces matériaux.

Que pouvez-vous nous dire sur elle ?
Hanako est très curieuse ! Elle ne peut pas s’empêcher de fouiner là où on lui a interdit de mettre le nez. Son père est japonais et sa mère est française ; comme elle a grandi en France, elle est plus imprégnée de sa culture française. Son évolution dans le roman va l’obliger à renouer avec ses racines nippones. C’est une vraie ado qui à la fois fait confiance à ses parents mais qui, comme tous les ados, s’en détache aussi au profit du clan amical. Ses amis Adam et Chloé sont ses piliers dans cette aventure. Parfois, elle manque de confiance en elle et ça lui joue des tours !

La culture japonaise est mise en avant dans le roman. Comment vous êtes-vous documentée sur le sujet ? Avez-vous déjà voyagé au Japon ?
Je n’ai pas encore été au Japon mais je compte bien y aller ! Pendant les trois années où je me suis occupée de la collection Kokeshi, j’ai dû réaliser de nombreux articles ou billets pour les réseaux sociaux à propos du Japon. Je me suis donc beaucoup documentée en suivant l’actualité du Japon et en lisant de nombreux livres. Mon livre parle de deux disciplines japonaises : l’ikebana et le kendo. Je suis allée suivre des cours dans ces deux arts pour pouvoir en parler comme il faut. J’ai voulu faire un roman distrayant mais qu’on referme en ayant appris des choses sans s’en rendre compte.

Il s’agit d’un roman pour les 9/11 ans. Qu’appréciez-vous particulièrement chez ces jeunes lecteurs ?
C’est un choix assez naturel pour moi comme il correspond à l’âge des lectrices de mon magazine. La pré-adolescence n’est pas forcément un âge facile, les parents sont désidéalisés et le monde des ados peut être assez cruel. C’est une période de changements et de premières fois, c’est une matière romanesque très intéressante.

Combien de temps s’est écoulé entre l’idée du roman et la version finale validée ?
J’ai écrit assez vite compte tenu du fait que je travaillais à côté. Il m’a fallu cinq mois. Une fois que mon roman a été accepté, le travail d’édition a commencé. C’est un travail passionnant qui se fait par petits morceaux avec des laps de temps conséquents entre deux avancés. Je pense que bout à bout, il doit y avoir trois semaines de corrections.

Dans un roman, la couverture tient une place singulière car elle pose souvent l’univers de l’histoire. Pouvez-vous nous dire comment s’est fait le choix de l’illustratrice ?
Normalement, c’est l’éditeur qui choisit le titre et la couverture. Quand on sait qu’on va être publiée, on ne peut pas s’empêcher d’imaginer sa couverture. Pour ma part, j’avais envie de quelque chose d’assez graphique. Un collègue m’a montré le travail de Gloria Pizzilli et j’ai eu un vrai coup de coeur. Je me suis dit que je n’avais rien à perdre à en parler à mon éditrice. Par chance, elle aussi a beaucoup aimé les illustrations de Gloria. Elle lui a donc écrit pour lui proposer de faire la couverture d’Hanako. Et Gloria a dit oui ! J’ai eu beaucoup de chance.

Qu’aimez-vous dans cette couverture de Gloria Pizzilli ?
J’adore cette couverture ! Je suis contente parce que je pense qu’elle reflète bien mon roman. On comprend qu’il y a un thème autour du Japon, on retrouve aussi une certaine douceur et la détermination de mon héroïne. Le travail sur le fond avec les volutes et les fleurs est superbe. La représentation d’Hanako est aussi très réussie, j’aime ce regard qui happe le lecteur.

Avez-vous déjà songé à une suite des aventures d’Hanako… ou à un autre roman ?
Je ne voudrais pas spoiler les lecteurs ! La fin est ouverte et j’ai des idées pour une suite. C’est une discussion qu’il faudra que j’ai avec mon éditrice. Je travaille actuellement sur un autre projet mais je préfère rester discrète dessus pour l’instant.

A la veille de la sortie officielle du roman, comment vous sentez-vous ?
Je me sens très reconnaissante pour toutes les personnes qui m’ont soutenue. J’ai aussi un sentiment d’irréalité ! C’est assez incroyable de pouvoir toucher son livre, de le voir en vrai. Je suis très heureuse et j’espère que mon livre apportera un bon moment à tous mes lecteurs.

Hanako, fille du Soleil levant
Elodie Loch-Beatrix
Milan Poche
6,70 euros

Article précédent

Népal : le baume du dragon

Article suivant

Vacances : dans la valise de mon junior....

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Sandrine

Sandrine

Glisser un livre dans ma valise, c’est avoir toujours un compagnon de route pour me guider, me distraire, m’informer, satisfaire ma curiosité… De cette envie d’avoir des guides de voyage et des romans liés à mes destinations de vacances/de voyages/de courtes escapades, en découle l’idée de partager avec mes enfants, cette découverte des Autres : autres paysages, autres cultures, autres modes de vie, autres climats, autres animaux, etc.
J’espère que mes chroniques vous donneront quelques envies de lectures pour vos enfants… et susciteront des échanges entre nous, pour discuter, commenter et ouvrir nos horizons de lecture. Et pour découvrir mes voyages, c'est sur mon 2e blog One Two Trips