Un livre dans ma valise Littérature française et étrangère Majnoun et Leïli, chants d’Outre-tombe

Majnoun et Leïli, chants d’Outre-tombe


Majnoun et Leïli, chants d'outre-tombe - conte persan - roman graphique

« Majnoun et Leïli, chants d’Outre-tombe » est une adaptation en BD d’un célèbre conte oriental ou l’on suit deux amoureux qui vont être séparés malgré leurs sentiments d’une incroyable force. Comment chacun va vivre cet amour impossible ? À vous de le découvrir dans ces alexandrins et ces dessins d’inspiration persane, de toute beauté.

Que raconte Majnoun et Leïli ?

Voici la présentation de la maison d’édition, La Boïte à bulles :

« Sous forme d’un somptueux poème graphique en alexandrins, le drame amoureux du poète Majnoun et de son amante Leïli, inspiré de la tradition orientale. Qaïs et Leïli sont deux amants éperdument amoureux. Si amoureux que le jeune homme, incapable de contenir sa passion, la chante à tous les vents avec tant de ferveur qu’il reçoit le surnom de « Majnoun » (le fou). Très vite, sa réputation le précède, si bien que le père de Leïli refuse de donner la main de sa fille à ce personnage si extravagant.

Brisé, le poète se laisse dépérir, chantant sans cesse son amour perdu. Tel Orphée, ses paroles apaisent le cœur des désœuvrés et celui des animaux les plus féroces qui, bientôt, le suivent en cortège. Leïli, quant à elle, se lamente sur sa condition de femme assujettie, qui ne peut même pas, à la différence de son amant, laisser éclater publiquement son désarroi !

Peiné, le père de Leïli décide de la marier à un jeune homme « respectable » qui saura, lui, la rendre heureuse. Assistant au mariage, Majnoun périt de tristesse. Le charme de ses chants rompu, la fureur des animaux sauvages qui formaient son cortège reprend de plus belle et ces derniers dévorent son corps. Repus de ses chairs, tous entonnent l’ultime chant du poète, conjurant sa belle à le rejoindre dans la mort…

Yann Damezin revisite en alexandrins cette histoire d’amour impossible qui a inspiré les plus grands poètes orientaux. »

Majnoun et Leïli, chants d'outre-tombe - conte persan - roman graphique

Mon avis sur ce conte oriental d’un amour impossible

Ce roman graphique s’inspire des trois versions d’un même conte mis en vers pour la première fois par Nizami Gandjavi en langue persane au XIIe siècle, puis repris par Amir Khosrow Dehla et Djami. C’est un ovni dans l’univers de la BD : Yann Damezin a écrit le texte en alexandrins (quelle performance ! quelle poésie !) avant de créer l’ensemble des miniatures pour l’illustrer.

Le récit se compose de trois parties :

La première partie « Le chant des amoureux » narre l’amour absolu de Qais (surnommé rapidement Majnoun – le fou) pour Leïli qui aime aussi intensément le jeune homme. Mais voilà qu’il devient fou d’amour, clamant à tue-tête ses sentiments à en perdre la raison. Le résultat : au lieu d’épouser la jeune femme qui n’a d’yeux que pour lui, le voilà chassé du village. Les métaphores sur les sentiments et son rejet se déclinent par de sublimes compositions colorées. Majnoun séduit tous les animaux sur son passage, adoucissant les cœurs meurtris et embarquant chacun dans un monde fantasmagorique assez mystique.

Dans la 2e partie « Le chant du pourrissant« , on assiste, bien impuissant à la chute de Majnoun. Son amour le dévore, et au sens littéral du terme, les animaux vont se déchaîner et laisser le jeune homme à l’état de terreau fertile ! Les images d’un paradis absolu laisse la place à des représentations d’horreur. Dans un dernier délire post-mortem, Majnoun évoque le palais de l’amour où il voudrait vivre heureux avec Leïli si cette dernière parvenait à entendre son ultime supplique : « meurs pour me rejoindre !« .

Dans la 3e partie « Le contrechant« , il est temps d’avoir l’avis de Leïli : qu’a-t-elle fait dans la vie, une fois son amoureux disparu ? Fidèle à leurs sentiments ardents, elle s’est certes mariée, mais a refusé tout rapport avec son mari. Une fois ce dernier mort, que lui reste-t-il ? Elle prend la route pour réfléchir… et réalise qu’elle se libère enfin de ses entraves construits par ses proches pour « son bien ». Quel plaidoyer féministe !

Ce roman graphique se termine par un lexique bienvenu qui permet de découvrir de nombreuses notions et personnages liés au Coran auxquels le récit fait allusion à plusieurs reprises.

Je suis subjuguée par le phrasé et par les illustrations. Tantôt émerveillée, tantôt effrayée, me voilà toute chamboulée après cette lecture ! L’amour idéal dans lequel s’abandonne Qais, corps est âme prend vie dans ce conte persan.

Un roman graphique que je recommande aux grands ados ou aux adultes.
Si vous voulez prolonger cette découverte du conte persan et des miniatures persanes, j’ai repéré ce podcast de France Culture : Majnoun et Leïli, les résonnances persanes d’un conte d’amour

Et pour une version audio :

Bonne lecture !
Sandrine Damie

Majnoun et Leïli, chant d’Outre-tome
De Yann Damezin
La boîte à bulles
28 euros

Majnoun et Leïli, chants d'outre-tombe - conte persan - roman graphique
Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.