Ma vie avec les chimpanzés de Jane Goodall


Ma vie avec les chimpanzés - autobiographie de Jane Goodall

A une époque où les jeunes filles n’avaient pas leurs places dans des carrières scientifiques, Jane Goodall a eu l’audace de suivre son envie. Comprendre le comportement des animaux a toujours été au cœur de ses préoccupations. Elle est une primatologue, anthropologue et éthologue reconnue à travers le monde entier. Dans « Ma vie avec les chimpanzés », elle remonte le temps pour évoquer sa vie, ses réussites comme ses échecs.

Tout au long de sa carrière de scientifique, Jane Goodall a réalisé des centaines d’heures de documentaires, un nombre incalculable de photos de chimpanzés et édité de nombreux articles scientifiques. Mais saviez-vous qu’elle a aussi écrit une douzaine de livres ? « Ma vie avec les chimpanzés » a été édité en France pour la première fois en 1989 et s’adresse, comme la moitié de ses ouvrages, aux enfants. En 2021, l’Ecole des Loisirs en propose une nouvelle édition.

Les grandes étapes de la vie de Jane Goodall

En voyant des images d’archives de la primatologue en Tanzanie, on a du mal à imaginer le chemin qu’elle a du parcourir pour y parvenir. Avec cette courte autobiographie destinée à un lectorat pré-adolescent, Jane Goodall évoque les temps forts de son histoire.

L’enfance de Jane Goodall

Si dès son enfance, Jane Goodall a un goût prononcé pour l’étude des animaux, elle se forme au métier de secrétaire. Enchaînant les expériences professionnelles, elle garde toujours en tête son envie de se mettre au service de la nature. Et bingo ! Sa vie prend une toute autre coloration quand une ancienne connaissance l’invite à passer des vacances au Kenya. C’est la révélation. Elle accepte le poste de secrétaire que Louis Leakey, anthropologue lui propose sur place. Rien ne l’arrêtera plus dans son envie de consacrer sa vie à l’étude du comportement des animaux :

 » Je dus attendre très longtemps avant de pouvoir m’approcher suffisamment des chimpanzés pour être en mesure de faire de bonnes observations. Au début, ils étaient très timides. Il me fallut encore plus de temps pour pouvoir comprendre leur langage de sons et de gestes, et la manière dont ils vivent dans leur société. Mais cela en valait la peine. Car, l’être humain mis à part, le chimpanzé est le plus fascinant de tous les animaux. C’est du moins mon avis. »

De son enfance et adolescence à Bournemouth sur la côte sud de l’Angleterre, elle garde le souvenir des innombrables heures passées dehors autant que celles passées à dévorer des livres sur les animaux. Elle a plaisir à évoquer Rusty, le chien d’un voisin qui s’était pris de sympathie pour elle (et réciproquement) et qui fut le premier animal qu’elle observa et chercha à dresser. Sa conclusion ? Les chiens sont capables de raisonnement.

La révélation africaine : « ma vie avec les chimpanzés »

Son arrivée en Afrique marque un tournant décisif dans sa vie. Après 9 mois sur place, elle dresse le constat suivant :

 » J’aurais également pu acquérir des connaissances plus importantes en matière de fossiles et devenir paléontologue. Mais ces carrières étaient consacrées à l’observation d’animaux morts. Et moi, je désirais travailler avec des animaux vivants. Le rêve de mon enfance était plus solide que jamais. Il fallait absolument que je trouve un moyen d’observer des animaux libres et sauvages, vivant leur vie sans aucune intervention humaine. Je voulais apprendre des choses que personne ne savait, et découvrir des secrets à force d’observations patientes. Je voulais arriver à être le plus proche possible des animaux, à communiquer avec eux, je voulais devenir comme le Dr Doolittle. Je voulais vivre sans peur au milieu d’eux, comme Tarzan. »

Et encore une fois l’anthropologue contribue à ce qu’elle se rapproche de son envie profonde d’observer les animaux. Il lui faut un an de préparation (et un retour à Londres) pour avoir le bagage scientifique nécessaire pour débuter une longue expédition d’observation de chimpanzés, dans le parc national de Gombe en Tanzanie.

S’ensuivent de longs mois, de plus en plus près, pour que les chimpanzés acceptent sa présence. Patiemment elle les observe, et gagne peu à peu leur confiance. Au fil des pages, l’enchaînement de toutes les anecdotes de Jane Goodall montre son attachement à la communauté de primates qu’elle a en observation.

Jane Goodall, une chercheuse… mais pas seulement !

Et sa vie personnelle me direz-vous ? Jane ne vit pas recluse ou exclusivement avec les animaux ! Hugo van Lawick, baron hollandais, venu en tant que photographe dans la réserve devient son compagnon. Au bout d’un an, ils se marient puis en 1967 Jane donne naissance à leur fils Grub. Mais être mère et femme mariée est loin d’être évident avec son quotidien de chercheuse. Elle n’enjolive pas la situation en la partageant avec les jeunes lecteurs. Après son divorce quand Grub a 7 ans, la voilà de nouveau mariée deux ans plus tard, avec un ancien pilote de l’armée anglaise. Au bout de quelques mois, son fils part s’installer en Angleterre chez sa grand-mère maternelle, loin de sa mère.

Mais ce dont elle parle le plus, c’est encore et toujours la vie des chimpanzés ! Son livre se termine sur une ode à la nature, sur sa préservation pour le bien de tous. Elle rappelle son investissement dans le programme Roots & Shoots (« Des racines et des pousses ») qu’elle a créé, et fait le vœu de voir les lecteurs poursuivre le chemin qu’elle a entamé :

« La chose la plus importante que je puisse vous dire, à vous qui êtes en train de lire ces pages, c’est qu’en tant qu’individu vous avez un rôle à jouer et que vous pouvez changer des choses. Il vous appartient de choisir : que désirez-vous faire de votre vie ? Souhaitez-vous essayer de rendre le monde meilleur, de protéger l’environnement, afin que les humains et les animaux y vivent mieux ? Ou ne le souhaitez-vous pas ? »

Ma vie avec les chimpanzés, un playdoyer pour la préservation de la nature

Dans sa biographie à hauteur d’enfants, elle évoque la naissance de sa vocation, son parcours atypique, son fils, et sa relation si singulière avec les chimpanzés. C’est aussi l’occasion de la suivre depuis l’enfance, avec ses joies enfantines déjà tournées sur la nature jusqu’à l’âge adulte, et sa carrière exceptionnelle de scientifique. Sa soif d’apprendre et d’observer sans cesse renouvelée devrait inciter chacun de nos enfants à suivre sa propre voie et prendre soin de la nature.

Une autobiographie militante à mettre entre toutes les mains.
Sandrine Damie

Ma vie avec les chimpanzés
De Jane Goodall,
Editions Ecole des loisirs – Médium Poche
Juin 2021
7,80 euros

Les Classiques, c'est fantastique - Challenge Autobiographie

Cet article a été rédigé
dans le cadre du challenge mensuel
 Les Classiques c’est fantastique 
organisé par Moka et Fanny.
Le thème de septembre est dédié
aux récits autobiographiques.

10 thoughts on “Ma vie avec les chimpanzés de Jane Goodall”

  1. Son engagement force l’admiration. Quelle bonne idée d’être allée chercher son autobiographie pour le challenge. Et quelle bonne idée aussi qu’elle existe pour les enfants. De quoi susciter des vocations je l’espère

    1. Bonjour, Cette scientifique a le goût du partage et un amour immodéré de la nature. Quel parcours ! Je suis aussi admirative. Merci d’avoir lu la chronique ! Bonne journée, Sandrine

    1. Bonjour, Merci pour ton commentaire. Comme toi, je la trouve incroyable. Elle a non seulement mené des recherches scientifiques pointues, mais elle a aussi pris le temps de vulgariser les résultats et de partager son amour de la nature et des animaux avec le plus grand nombre. Bonne journée, Sandrine

  2. C’est un parcours qui faut rêver et force l’admiration. J’avoue être émerveillée par ce genre de travail au plus proche des animaux, je trouve ça magnifique et passionnant. C’est un chouette choix de lecture !

  3. Il me semble l’avoir lu à l’adolescence. Nous parlions beaucoup de Jane Goodall à ce moment-là et j’étais fascinée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.